Comment économiser l'eau dans le milieu agricole?

Des pistes de réflexions

Les activités du milieu agricole sont diversifiées et complexes et l’utilisation de l’eau varie d’un secteur à l’autre. Cette section n’a pas pour but de dresser une liste exhaustive et détaillée des actions à poser pour économiser l’eau, mais plutôt de semer des idées et des pistes de réflexions.

En général

Il existe des mesures applicables dans tous types d’entreprises agricoles.

Récupérer l’eau de pluie.
Il est possible de relier les gouttières des bâtiments à des barils ou des réservoirs beaucoup plus volumineux.

Les étangs et les mares artificielles
représentent une source d’eau importante pour de nombreuses exploitations agricoles canadiennes.

Les eaux récupérées en contenant ou en étang fournissent de l’eau à des fins très variées, y compris l’abreuvement du bétail, l’irrigation, le mélange de pulvérisation et l’usage domestique. Il importe de maintenir une eau de la meilleure qualité possible dans votre mare artificielle afin de pouvoir l’utiliser aux fins prévues et surtout, assurez-vous de respecter les lois et règlements en vigueur.

Utiliser des pratiques de nettoyage économes,
comme le lavage à haute pression. Il demande moins d’eau que le lavage à basse pression et a une efficacité supérieure.

Vérifier le matériel afin de détecter les fuites d’eau et les réparer systématiquement.

Afin de prioriser les actions, il est intéressant de débuter par la détermination de l’utilisation de l’eau dans l’entreprise en dressant une liste des utilisations et en les quantifiant. En mesurant et consignant la quantité d’eau utilisée à l’aide de compteurs d’eau par exemple, vous serez en mesure de déterminer si l’approvisionnement répond aux besoins, quelles sont les activités qui consomment le plus, etc. Ceci permettra de caractériser votre consommation et d’adopter de nouvelles pratiques si nécessaire. Une étape qui s’avère d’autant plus importante lorsque l’eau doit être traitée après son utilisation.

Élevage du bétail

Abreuvement

Utilisation d’abreuvoirs économiseurs d’eau.

Cette pratique s’applique surtout à l’élevage porcin. En plus de permettre une économie d’eau, l’abreuvoir économiseur d’eau permet de diminuer le volume de fumiers entreposés. Comparativement à la tétine, la trémie-abreuvoir diminue de 1/2 les pertes d’eau et favorise la croissance des animaux. (MAPAQ, 2005)

Ferme laitière

Valorisation de l’eau utilisée pour le pré-refroidissement du lait.

À titre d’exemple, l’eau peut servir à l’abreuvement des bêtes qui préfèrent une eau tempérée.

 

 

Culture maraîchère

Lavage des légumes

Optimiser l’enlèvement de la terre sec, avant le passage dans la laveuse à l’aide de dessableur.

Favoriser une plus grande recirculation de l’eau dans la première partie de la laveuse (le dernier rincage doit se faire avec de l’eau potable).

Une station de lavage utilise en moyenne de 30 à 40md’eau par jour et au moins 3,6L d’eau potable pour 1kg de légumes.

Au champ

Les brise-vents naturels

Ils contribuent à augmenter le rendement des cultures en limitant les dégâts causés par le vent lui-même, le gel et la sécheresse.

Irrigation

Appareils, matériel ou techniques permettant d’économiser l’eau
  • Veiller à ce que le système d’irrigation arrose seulement les racines des plantes (p. ex., en utilisant une installation de goutte-à-goutte).
  • Utiliser un système à pivot central ou à déplacement latéral muni de buses (ou de tubes de descente) à faible pression.
  • Utiliser un système d’irrigation à aspersion basse.
  • Utiliser un système à rampe mobile muni de buses à faible pression.
Plan général d’économie et de conservation de l’eau
  • Établir un horaire d’irrigation en fonction de l’évapotranspiration et des précipitations.
  • Connaitre la capacité de rétention d’eau du sol et mesurer l’humidité.
  • Maintenir et accroître la matière organique du sol (déterminée à l’aide d’une analyse du sol) .
  • Éviter et réduire le compactage du sol.
  • Planter des cultures-abris.

 

Méthodes de production favorisant la conservation de l’eau
  • S’assurer qu’un professionnel a conçu le système d’irrigation selon la taille et les besoins de l’exploitation.
  • Veiller à ce que le système irrigue uniquement les surfaces cultivées.
  • Mettre en marche le système d’irrigation durant la nuit, tôt en matinée ou lorsque le temps est couvert.
  • Établir l’horaire d’irrigation en fonction d’autres contraintes, par exemple, arroser à tour de rôle si plusieurs producteurs tirent leur eau d’irrigation d’une source commune (p. ex., un ruisseau).
Détection des fuites et prévention du gaspillage
  • Effectuer régulièrement des vérifications pour détecter les fuites et les réparer sans délai.
  • Vérifier chaque année les buses d’arroseur et remplacer celles qui sont abîmées.

Protection contre le gel

L’eau peut être utilisée comme méthode de protection active contre le gel.

  • Aspersion par la base
  • Aspersion au-dessus des végétaux
  • Irrigation des surfaces
  • Création de brouillard de gouttelettes d’eau

Ces méthodes peuvent être efficaces, mais demandent de grandes quantités d’eau. Dans un premier temps, favorisez l’implantation de méthodes préventives (passives) telle que la sélection d’un site de culture adéquat ou l’utilisation de certaines pratiques culturales (tailles, treillis, aménagement des rangs, etc.). Par la suite, vérifiez si d’autres méthodes actives peuvent s’appliquer.

En tout temps, assurez-vous de respecter le

Règlement sur le prélèvement des eaux et de leur protection (RPEP)

Pour plus d’informations sur ce règlement provincial, consultez les références suivantes:

Le MDDELCC a récemment publié un Guide sur les principes d’atténuation et de compensation des activités agricoles relativement aux installations de prélèvement d’eau.