Nous joindre
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Milieux humides et hydriques

La Société d’aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan (SAMBBA) est l’organisme de bassin versant (OBV) pour la zone de gestion intégrée de l'eau Batiscan-Champlain.

Comprendre les milieux humides et hydriques

Ce sont des milieux d’origine naturelle ou modifiée par l’homme qui se caractérisent par la présence d’eau de façon permanente ou temporaire qui est stagnante ou en mouvement. Lorsque l’eau est en mouvement, elle peut s’écouler avec un débit régulier ou intermittent.

Les milieux humides

Ils se définissent par la présence typique ;

  • D’eau (nappe phréatique haute)
  • De plantes hygrophiles (espèces qui préfèrent les milieux humides ou aquatiques)
  • De sol hydromorphes (dynamique dominée par la présence de l'eau)

Les milieux humides comprennent quatre types de structure végétale : étang, marais, marécage et tourbière.

Cartographie interactive des milieux humides potentiels du Québec

Étang

Se caractérise par

  • Une surface de terrain recouverte d'eau de moins de 2 mètres de profond à l'étiage;
  • Une dominance de plantes aquatiques flottantes ou submergées;
  • Moins de 25% de plantes aquatiques émergentes le recouvrent.

(Lachance et coll., 2021)

Marais

Se caractérise par

  • Une surface de terrain inondée de façon temporaire ou permanente;
  • Une dominance de plantes herbacées croissant sur un sol minéral ou organique
  • Moins de 25% d’arbres et d’arbustes le recouvre

 (Lachance et coll., 2021)

Marécage

Se caractérise par

  • Une surface de terrain soumise à des inondations saisonnières;
  • Un sol minéral saturé en eau de façon permanente ou temporaire;
  • Une dominance de végétation ligneuse,
  • Plus de 25% d’arbres et d’arbustes le recouvrent

 (Lachance et coll., 2021)

Tourbière

Se caractérise par

  • Surface de terrain recouverte de tourbe ayant une accumulation de plus de 30 cm de matière organique;
  • Nappe phréatique au niveau du sol ou près de la surface

La tourbière est soit ouverte ou boisée, si plus de 25% d'arbres ou arbustes de plus de 4 m la recouvrent.
Deux grands types de tourbières, ombotrophe et minérotrophe si la source d'alimentation est aérienne ou souterraine respectivement.

 (Lachance et coll., 2021)

Complexe de milieux humides

On utilise le terme « complexe », lorsque plusieurs types de milieux humides, de formes et superficies variées, sont juxtaposés les uns aux autres. Afin d'évaluer la diversité d'un complexe, la superficie de chacun des types de milieux humides qui le compose sera calculée.

(Lachance et coll., 2021)

Mosaïque de milieux humides

On utilise le terme « mosaïque », lorsqu'un milieu est formé de dépressions humides et de monticules terrestres disposés de façon éparse dans l'environnement. Comme cet assemblage est associé à une même réalité écologique, il est considéré comme un seul milieu et se nomme mosaïque de milieux humides.

(Lachance et coll., 2021)

Les milieux hydriques

Les principaux milieux hydriques ;

  • Les lacs et cours d’eau
  • Les rives, le littoral et les plaines inondables

Ne sont PAS considérés comme étant des milieux humides ou hydriques ;

  • Les fossés mitoyens
  • Les fossés de drainage
  • Les fossés de voies publiques ou privées

(LQE, chapitre Q-2, article 46.0.2)

Pourquoi conserver les milieux humides et hydriques?

Les milieux humides, les lacs et les rivières constituent une importante richesse pour l’ensemble des communautés à l’échelle planétaire (Dy et coll., 2019). Ce sont des écosystèmes hautement productifs et très diversifiés qui doivent bénéficier d’une protection durable.

Les services écologiques

Les milieux humides et hydriques offrent une multitude de fonctions écologiques qui sont essentielles à l’équilibre des écosystèmes, à notre bien-être ainsi qu’à notre survie, au même titre que les écosystèmes forestiers et les terres agricoles (MELCC, 2020).

« Les services écologiques nous sont rendus gratuitement par la nature, notamment en purifiant l’eau et en nous fournissant des endroits où faire des activités de plein air. » La Presse (2015)

Aux yeux de la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau (chapitre C-6.2, article 13.1), il y a six (6) fonctions qui sont assurées par les milieux humides et hydriques:

Régulation du niveau de l'eau

Services;

  • Rétention d’une partie des eaux de précipitation et des eaux de fonte
  • Réduction des risques d’inondation et d’érosion
  • Favorise la recharge de la nappe phréatique

Protection physique

Fonctions;

  • Filtre contre la pollution
  • Rempart contre l’érosion
  • Retient les sédiments

Services;

Prévient et réduit,

  • La pollution en provenance des eaux de surface et souterraines
  • L’apport des sédiments provenant des sols

Qualité du paysage

Services;

  • Contribue à la valeur des terrains voisins
  • Conservation du caractère naturel d’un milieu et des attributs des paysages associés

Protection thermique

Fonctions;

  • Écran solaire
  • Brise-vent naturel

Services;

  • Préserve l’eau d’un réchauffement excessif, offrant par exemple un milieu de vie pérenne pour les espèces de pêche sportive
  • Protège les sols et les cultures des dommages causés par le vent

Conservation de la biodiversité

Services;

Les milieux humides et hydriques diversifiés,

  • Ils nous permettent de nous alimenter
  • Ils sont souvent essentiels à la survie des espèces végétales et animales à statut précaire (menacé ou vulnérable) qui en dépendent pour assurer leur cycle de vie

Séquestration du carbone

Services;

  • Atténue les impacts de changements climatiques. Par exemple, les tourbières ont la capacité d’emmagasiner de très grandes quantités de carbone, qui est un gaz à effet de serre (GES).

Plan régional des milieux humides et hydriques (PRMHH)

Il s’agit d’un document devant être réalisé par les municipalités régionales de comté (MRC) d’ici juin 2022. Celles-ci ont l’obligation de produire ce document, à la suite de l’adoption de la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques. Ce plan permet d’intégrer les milieux humides et hydriques pour la planification durable du territoire.

Il y a 4 grandes étapes pour la réalisation du PRMHH : portrait, diagnostic, engagement de conservation et stratégie de conservation.

Foire aux questions

Quel est le territoire d’analyse du PRMHH ?

Toutes les terres du domaine privé de la MRC et le domaine hydrique de l’état, par exemple le Parc national de la Mauricie n’est pas pris en compte par le PRMHH.

Est-ce que tous les milieux humides et hydriques sont conservés par le PRMHH  ?

Non, il y a une priorisation effectuée par le PRMHH accordant divers statuts aux milieux humides ou hydriques. Certains peuvent être en conservation, d’autres peuvent être utilisés pour des utilisations durables sans nuire à leur intégrité, et certains peuvent être dans la catégorie autre milieux. Il est toutefois important de se rappeler que le PRMHH a pour but aucune perte nette de milieux humides ou hydriques, c’est-à-dire que si un milieu est détruit ou endommagé, il faut impérativement créer ou restaurer un autre milieu humide ou hydrique afin que la quantité totale de milieux reste inchangée.

Est-ce que le PRMHH a un pouvoir règlementaire pour les citoyens ?

Non, il s’agit d’un document de planification pour les MRC et les municipalités, dans le but de mieux intégrer les milieux humides et hydriques dans la gestion et l’aménagement du territoire. C’est la loi sur la conservation des milieux humides et hydriques (LCMHH) qui a un pouvoir règlementaire et qui demande la rédaction d’un PRMHH.

Est-ce que le PRMHH cause de l’expropriation déguisée ?

Non, car le propriétaire conserve l’usage exclusif de la propriété, même si celui contient un milieu humide ou hydrique. De plus, le PRMHH et les règlements issus de la loi sur la conservation des milieux humides et hydriques (LCMHH) s’appliquent au territoire de la MRC ou de la Province du Québec, ce n’est donc pas une discrimination à l’égard d’un seul propriétaire. Tous les propriétaires ayant un milieu humide ou hydrique sur leur propriété doivent se conformer à la même règlementation. (Girard, 2021)

Quelles activités puis-je pratiquer dans un milieu humide ou hydrique ?

Réponse: Les activités permises dans les milieux humides et hydriques sont énumérées dans le règlement sur les activités dans les milieux humides, hydriques et sensibles (RAMHHS).

Projets réalisés

Aucun projet dans cette catégorie

Pour en savoir plus

Références

  • DY, Goulwen, MARTEL, Myriam, JOLY, Martin et DUFOUR-TREMBLAY, Geneviève, 2019. Les plans régionaux des milieux humides et hydriques: démarche d’élaboration [en ligne]. Québec : Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction de la protection des espèces et des milieux naturels et Direction de l’agroenvironnement et du milieu hydrique. [Consulté le 17 août 2020]. Disponible à l’adresse : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/3749270
  • JOBIN, B., GRATTON, L., COTÉ, M.-J., PFISTER, O., LACHANCE, D., MINGELBIER, M., … LECLERC, D. (2019). Atlas des territoires d’intérêt pour la conservation dans les Basses-terres du Saint-Laurent -rapport méthodologique ( [Rapport méthodologique] no 2) (p. 170). Québec : Environnement et Changement climatique Canada, Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Plan d’action Saint-Laurent.
  • LACHANCE, D., G. FORTIN ET G. DUFOUR TREMBLAY (2021). Identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional – version décembre 2021, Québec, ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction adjointe de la conservation des milieux humides, 70 p. + annexes, [En ligne], https:// www.environnement.gouv.qc.ca/eau/rives/guide-identif-dellimit-milieux-humides.pdf.
  • LA PRESSE, 2015. À combien évalue-t-on la protection de la nature? [en ligne]. 2015. [Consulté le 9 octobre 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.lapresse.ca/environnement/politique-verte/201506/29/01-4881950-a-combien-evalue-t-on-la-protection-de-la-nature.php
  • LA SEMAINE VERTE, 2019. Investir dans la forêt urbaine [en ligne]. 2019. [Consulté le 7 octobre 2020]. Disponible à l’adresse : https://ici.radio-canada.ca/tele/la-semaine-verte/site/segments/reportage/144742/foret-urbaine-jerome-dupras?fbclid=IwAR1A423UO3lnvhqmq_zwq1leSpf-qH_ay1n5Tyf4b9Brtx0xf5jVqHfFdPU
  • Loi sur la qualité de l’environnement (LQE), 2017. [en ligne]. [Consulté le 6 octobre 2020]. Disponible à l’adresse : http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/showdoc/cs/Q-2#se:46

Découvrir d'autres outils

Enquête de pêche
La zone d'observation
Guide du bon riverain
La gestion intégrée de l’eau par bassin versant
L’eutrophisation
Qu'est-ce qu'un bassin versant?
Bande riveraine
Conservation
Bathymétrie
Comment économiser l'eau
Les poissons du territoire
Les puits privés
Liens utiles