Les puits privés

Saviez-vous que ?

L’eau est une ressource aussi précieuse que vitale. En tant que propriétaire d’un puits individuel ou d’un petit réseau desservant moins de 21 personnes, vous avez la responsabilité de vous assurer de sa qualité dans une perspective de protection de votre santé et de celle de vos proches. (MDDELCC, 2015)

L’eau de puits est susceptible d’être contaminée, bien qu’elle soit davantage protégée par la capacité filtrante du sol si on la compare aux eaux de surface (lac, rivière). Il ne faut pas se fier à la limpidité ni à l’absence de goût ou d’odeur pour déterminer la qualité de l’eau d’un puits. Celle-ci peut être affectée par la présence de contaminants naturels dans le sol, la présence d’activités humaines à proximité, le type de puits et sa conception.

Pourquoi faire analyser l’eau de mon puits?

Responsabilité

Lorsqu’elle provient d’un puits de surface ou tubulaire (communément appelé « puits artésien ») et qu’elle est destinée à la consommation humaine, l’eau doit être de bonne qualité et respecter les normes édictées dans le Règlement sur la qualité de l’eau potable (Q-2, r.40)

Ni vu ni connu?

Malgré qu’elle puisse avoir une apparence claire et limpide et n’avoir aucune odeur ou saveur particulière, l’eau captée peut contenir des éléments pouvant avoir des effets indésirables sur la santé.

Contamination

L’eau d’un puits peut être contaminée par des microorganismes pathogènes (bactéries, virus ou protozoaires) ou contenir, dans une proportion hors normes, certains éléments ou composés chimiques (nitrites-nitrates, métaux, etc.).

Sans préavis

Des situations particulières et ponctuelles, comme une inondation, peuvent affecter la qualité de l’eau des puits et seule son analyse peut la déterminer.

Exemples de contamination potentielle

Contamination microbiologique

La majorité des microorganismes pathogènes (virus, bactéries ou protozoaire pouvant  causer des maladies) susceptibles de se trouver dans l’eau proviennent de déjections humaines ou animales.

La gastro-entérite est la maladie la plus fréquente associée à l’ingestion d’eau contaminée par des matières fécales. Bien que cette maladie soit souvent bénigne, elle peut parfois avoir des conséquences très graves sur la santé. D’autres maladies plus rares comme les hépatites ou les méningites peuvent aussi être provoquées par l’ingestion d’eau contaminée. Ce risque concerne non seulement les membres d’une famille qui consomment l’eau d’un puits, mais aussi tous leurs visiteurs. (MSSS, 2016)

Quoi faire pour diminuer les risques de contamination?

  • S’assurer que le puits excède le sol pour éviter les infiltrations d’eau de surface directement dans le puits;
  • Procéder à l’échantillonnage pour fins d’analyses, au moins une fois par année (coliformes et nitrates);
  • Procéder à la désinfection de l’ouvrage de captage au moins une fois par année;
  • S’assurer que l’élément épurateur individuel est adéquat et fonctionne correctement;
  • Éviter la présence d’animaux domestiques à proximité du puits.

 

 

Dans le cadre du PACES Mauricie, les chercheurs de l’UQTR ont démontré que

Près de 40 % des puits domestiques de la Mauricie ne respectent pas les normes en ce qui concerne la contamination bactériologique. En ce qui concerne plus spécifiquement les coliformes fécaux, 12 % des puits ne sont pas conformes. 

Concentrations élevées en nitrates

 

L’analyse de la distribution spatiale des puits suggère que les portions du territoire possédant une vocation agricole, particulièrement dans les aquifères granulaires à nappe libre, présentent des risques accrus de contenir des concentrations élevées en nitrates. (Leblanc et al., 2013)

La présence de nitrates dans l’eau que nous consommons est principalement attribuable aux activités humaines:

  • utilisation de fertilisants synthétiques et de fumiers;
  • cultures et à l’élevage intensifs;
  • installations septiques déficientes;
  • décomposition de la matière végétale et animale.

Les nitrates sont entraînés vers les nappes d’eau souterraine par l’infiltration de la pluie ou la fonte des neiges.

Les nitrates diminuent le transport d’oxygène dans le sang. Les femmes enceintes et les nourrissons sont plus vulnérables.

 

Recommandations pour l’analyse de l’eau de votre puits

QUAND?
Afin d’éviter des risques à la santé, il faut faire tester son eau aussitôt que vous suspectez un problème.
Il s’avère également essentiel de faire analyser la qualité de l’eau d’un puits au moins deux fois par année, au printemps et à l’automne. Dues aux fortes précipitations et au dégel, c’est à ces moments que la qualité de l’eau est la moins bonne.

OÙ?
Sur le site du MDDELCC se trouve la liste des laboratoires accrédités qui effectuent les analyses d’eau potable des puits.

QUOI?
Si vous faites analyser l’eau de votre puits régulièrement et qu’il est en fonction depuis plusieurs années, l’analyse des coliformes fécaux pourrait être suffisante.
S’il s’agit d’un nouveau puits ou que vous n’avez jamais fait analyser l’eau de votre puits, optez pour un test plus complet qui détecte la présence de composés nocifs tel l’arsenic.

La majorité des microorganismes pathogènes (virus, bactéries ou protozoaires pouvant causer des maladies) susceptibles de se trouver dans l’eau proviennent de déjections humaines ou animales. Comme il est techniquement impossible de faire l’analyse de tous les pathogènes, on utilise plutôt des indicateurs microbiologiques qui sont en soi sans danger : les bactéries E. coli, les bactéries entérocoques et les bactéries coliformes totales. (MDDELCC, 2015)

Nous sollicitons votre aide

Peu d’informations sont disponibles concernant les puits privés de la MRC des Chenaux.
Si vous êtes propriétaires, nous vous invitons à remplir un court questionnaire.
Les informations recueillies nous permettront de dresser un portrait plus détaillé des puits privés de la MRC
et s’il y a lieu, d’établir un plan d’action ciblant les problématiques soulevées.

Questionnaire à compléter

Êtes-vous propriétaire d'un puits privé?
Type de puits?
Type(s) de bâtiments(s) alimenté(s) par le puits?
Saviez-vous que vous deviez faire analyser l'eau de votre puits?
Avez-vous déjà fait analyser l'eau de votre puits?
À quelle fréquence faites-vous analyser l'eau de votre puits?
Quel(s) paramètre(s) analysez-vous?
Est-ce que les analyses ont mesurés des dépassements de critères de qualité?

Merci d'avoir complété ce questionnaire.

Pour plus d'informations

Nous vous invitons à consulter le site Internet du ministère du Développement durable, de l’Environnement et
de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).
Vous y trouverez toute l’information nécessaire afin de vous assurer
que l’eau de votre puits est de bonne qualité pour protéger votre santé et celle de vos proches.

Références:

Environnement et Changement climatique Canada. 2016. Les eaux souterraines.
Leblanc, Y., Légaré, G., Lacasse, K., Parent, M. et Campeau, S. (2013). Caractérisation hydrogéologique du sud-ouest de la Mauricie.
MDDELCC. 2016. La qualité de l’eau de mon puits.
MSSS. 2016. Eau potable.
llustrations: Flaticon; Freepik; Pixabay